Ouvrages relatifs à Michel Freitag

 

89578_197

 

L’oeuvre principale de Michel Freitag s’intitule Dialectique et société. Elle est publiée aux Éditions Liber et se décline en trois tomes: 1. La connaissance sociologique; 2. Introduction à une théorie générale du symbolique; 3. Culture, pouvoir, contrôle: les modes de reproductions formels de la société.

 

 

 


 

arton930-d2e52

 

Architecture et société est publié en 1992, en co-édition chez Albert St-Martin et La lettre volée.

 

 

 

 


14701-gf

 

Le naufrage de L’Université est publié en 1995 chez Nota Bene et en 1996 à La Découverte.

 

 

 

 

 


41ywtp0p6tl-_sx292_bo1204203200_

 

Le monde enchaîné est publié en 1999 chez Nota Bene.

 

 

 

 

 

 

 


details_l27637788281

 

L’oubli de la société a été publié en 2002 aux Presses de L’Université Laval (PUL) et aux Presses Universitaires de Rennes.

 

 

 

 

 

img1c1000-9782923165417


 

L’impasse de la globalisation a été publié aux Éditions Écosociété en 2008

 

 

 

 

 


CV Abimeliberte.qxd

L’abîme de la liberté est un ouvrage posthume paru en 2011 aux Éditions Liber.

 

 

 

 

 


 

Ouvrages sur Michel Freitag:

619yaohlj9l

En 2006, Jean-François Filion, professeur de sociologie à L’UQAM, a publié une Introduction à l’oeuvre de Michel Freitag. 

 

 

 

 

 


enracinee_1219695472En 2008, parution de l’ouvrage La pensée enracinée. Essais sur la sociologie de Michel Freitag, Éditions du Carré Rouge, sous la direction de Benoit Coutu, chargé de cours en sociologie à L’UQAM.

 

 

 

 


51vzezjabsl

 

 

La sociologie de Michel Freitag est publié en 2014 sous la direction de Daniel Dagenais et Gilles Gagné.

 

 

 

 


 

338891vracines_de_la_liberte___reflexions_a_partir_de_l_anarchisme_tory

On trouve un chapitre sur M. Freitag dans Les racines de la liberté, codirigé par Gilles Labelle, Eric Martin et Stéphane Vibert, publié chez Nota Bene.

 

 

 

 

 


 

liberteepreuve

La liberté à l’épreuve de l’histoire. La critique du libéralisme chez Michel Freitag, publié chez Liber le 22 mars 2017.